Belle et Rebelle.

Et d’un simple claquement de doigt la vie de Lana était une aventure, elle avait toujours espéré que sa vie soit excitante pour s’inspirer dans son art mais de là à risquer sa vie, c’était complètement fou, elle n’aurait jamais imaginé que sa vie prendrait cette tournure-là. Ils devaient aller au point le plus au de la ville, à Paris, cela signifiait surement la Tour Eiffel, maintenant la prochaine étape était d’accéder tout en haut au milieu de tous ces touristes. Les deux demi-dieux longèrent les rues de Paris, mais arrivée à une ruelle une femme avec des airs grunges mais d’une beauté cruelle s’interposa devant Adam d’un sourire narquois, ses deux yeux brillaient d’une lueur noire un peu comme ceux d’Adam, à son cou un pendentif représentant un coeur humain d’un métal froid, sa peau livide contrastait sur ses cheveux noirs corbeaux.
-Qui me fait cet honneur? un fils des ténèbres, dit-elle enjouée
-Je suppose que je dois te demander qui tu es? enchaina-t-il
-Je suis une amie envoyée par, ton père. dit-elle, je suis censée vous montrer le chemin.
Lana regarda Adam d’un air qui disait “tu vas pas suivre cette traînée quand même”, malgré son regard noir, celui ne fit pas effet cette fois et ils suivirent la femme qui portait un peu trop noire à l’avis de Lana, ils arrivèrent à une grande porte bordeaux, la femme l’ouvrit et lança un regard amusé sur Adam.
-Toi tu restes ici, dit-elle à Lana.
Lana le sentait mal, une gothique qui devine leurs identités ça devait être une sorte de secte grecque, où elle ne savait quoi, ils allaient servir de sacrifice, mais elle se disait qu’Adam en savait plus qu’elle, et elle décida de laisser faire. Adam regarda la femme de noir et se donnait l’impression d’un serpent charmé, il ne savais pas pourquoi mais il était attiré comme un aimant, il la suivit dans une pièce aux murs de pierre, la pièce était froide et petite, elle ne contenait qu’une porte et une petite fenêtre, un lit du type Louis XVI de couleur bordeaux toujours. 

Elle lui dit de s’asseoir sur le lit, il obéit, puis elle lui attacha les bras au lit, Adam se laissait faire il ne comprenait pas ce qui se passait, après tout ce faire attacher au lit par une jolie fille ne pouvait pas être si mal. La femme s’écarta de deux pas du lit puis leva les bras en souriant en prenant sa respiration, ses cheveux commencèrent à s’enflammer comme si on y avait mis de l’essence, ses yeux étaient rouges comme si elle s’était mise à pleurer du sang, deux crocs sourient de sa lèvre supérieure, et deux jambes… d’ânes? se surprit à dire Adam à voit haute.
- Empousa! Cria-t-il en se débattant de ces liens, mais celle-ci se jeta à sa jugulaire en lui pompant le sang, il essaya de résister à ne pas tomber dans les pommes et à attraper son épée mais sans succès, Lana à l’entrée commençait à trouver ça long, et hésitait à interrompre puis se rua à la porte, celle-ci était close, et entendit des cris étouffer puis essaya de défoncer la porte, sans succès, elle réfléchit, puis pensa “s’il te plaît papa si tu m’entends aide-moi, s’il te plaît pour cette fois”, sa main chauffa sur la poignée de métal; et s’illumina d’une lueur presque aveuglante, les deux yeux écarquillés Lana était bluffée puis elle reprit ses esprits et dégomma la porte de son pied.
-Mais qu’est-ce qui se passe ici? s’écria-t-elle
-L’Empousa leva sa tête du coup d’Adam en montrant les crocs, les griffes en avant, Lana n’aimait pas le regard de tueuse qu’elle lui jetait, et réfléchit à toute vitesse, et n’avait rien pour se défendre, elle regarda sa main qui luisait encore, puis tourna la tête vers la droite les yeux serrés, il ne se passa rien, l’Empousa lâcha un rire moqueur et Lana ouvrit les yeux sur sa main.
-Pourquoi ça marche pas, dit-elle, la démone s’approcha d’un rire réjouissant qui faisait comprendre que Lana était son prochain repas, elle releva la main et un jet de lumière doré carbonisa l’avant de l’Empousa, elle se releva en grognant et s’élança devant Lana. 

"C’est la fin se dit-elle", le visage carbonisé de la démone était seulement à quelque centimètre que celle-ci partit dans une poussière noire, une fille aux cheveux bruns, le teint mat, les yeux noirs en amande, sa bouche était d’un rouge carmin, elle avait l’air d’avoir des origines latines, sa démarche était vive et de caractère mais elle avait un aura féminin, et était d’une beauté à couper le souffle.
- Aide-moi à le détacher dit-elle à Lana qui obéit sous cette voix, pimentée et chaude malgré le choc. Adam était livide son front était trempé, il avait l’air des malades dans les films moyenâgeux à qui on doit éponger le front toute les cinq minutes.
-Tu es qui? demanda Lana.
- Pas le temps pour les présentations il faut qu’on sorte d’ici avant que les autres sangsues soient alertées.

La fille de lumiere.

Ils arrivèrent tous deux chez Lana à quelques rues de leur point de retour chez les vivants, c’était un appartement de style Haussmannien avec une façade bourgeoise du 19e siècle et des mascarons aux dessus des cadres des fenêtres et des portes, Lana les avait vus des milliers de fois et cette fois elle les regarda attentivement, elle y reconnut les figures mythologiques des dieux qu’Adam lui avait racontés.

- Elle dit amusée, j’avais un satyre au-dessus de la tête et je le savais même pas! Adam lâcha un sourire. Ils montèrent les escaliers en colimaçon puis arrivèrent devant une grande porte bordeaux, Adam regarda la sonnette:

- tu t’appelles Lucas?

- Oui, ajouta-t-elle mais faut prononcé le “s” à la fin.

- Il renchérit tu sais ce que ça veut dire Luc en latin?

- Non j’ai demandé à ma mère de m’enlever de la classe de latin dès la première année, trop barbant.

- Il regarda en l’air d’un sourire qui voulait tout dire, ça veut dire lumière en latin dit-il, elle le regarda souffla et dit,

- pourquoi ça me surprend pas? Elle chercha ses clés dans ces poches, déverrouilla la porte, puis poussa la porte en passant sa tête des deux côtés du couloir en appelant sa mère, ne voyant rien elle alla dans son atelier et passa sa tête à travers la porte:

- Maman? sa mère était là, debout d’un l’air culpabilisé et inquiet, quand Lana vue l’homme en face de sa mère elle resta fixe l’air surprise et en colère, sa mère la regarda d’un air abattu:

- je suis désolée mon coeur, dit-elle, elle devina que c’était son père, l’homme était grand, ses cheveux étaient blonds et bouclés il semblait avoir la trentaine comme Hermès, c’était peut-être l’apogée de la beauté pour eux les dieux se dit-elle, sa peau était bronzée et ces yeux étaient bleu mais une fine auréole jaune entourait sa pupille comme son sa pupille était le soleil au milieu du ciel qu’était son iris. Il portait un trench beige (Lana aurait juré entre mille que c’était un Burberry), une chemise bleu surmontée d’une cravate noire, un pantalon noir avec deux ourlets aux dessus des chevilles, et des chaussures bateau bleu marine et beige, pas besoin de test de paternité se dit-elle, j’ai au moins hérité de son sens sophistiqué en point de vue vestimentaire. L’homme sourit puis ajouta de sa voix grave et éblouissante:

- Salut Lana.

- Hum salut papa? ou alors tu préfères Apollon ou dieu peut-être? non parce que c’est pas comme si j’avais eu la chance de te nommée vue que c’est que maintenant que tu te montre, d’ailleurs pourquoi t’es là?

- Lana… dit sa mère, c’est moi qui l’ai appelé parce que je m’inquiéter pour toi, j’ai vue tes derniers croquis, j’ai su que tu avais disparu hors monde des mortels..

- Attends, coupa Lana, tu s’avais pour mes dessins, tu s’avais qu’ils étaient divinatoire et tu m’as rien dit? Adam était derrière choqué et impressionné de la manière qu’elle avait de tenir tête il l’avait cru trop timide pour ça, Lana était furieuse et détourna la tête vers Apollon en attendant des explications, Apollon s’y mis directement elle commençait à croire que son regard de la mort marchait vraiment.

-Tu sais, disait-il, nous autres, dieux, devons garder nos distances avec les mortels pour ne pas s’attacher, cela engendrerait trop de questions auprès des humains d’expliquer pour notre éternelle jeunesse, nos disparitions simultanées, et ce qui s’en suit, mais malgré nous c’est dur de ne pas garder d’écart entre certains mortelle /mortel, comme ta mère quand je la voyais dessiner et rêvasser,… et puis toi voyant tes pouvoirs et ta création grandir en toi et devoir rester à l’écart. Nos sentiments nous rendent faibles comme vous autre malgré notre immortalité. Lana était en colère mais sentait malgré ça ses yeux piqués, il avait raison sur quelque chose, les sentiments rendent faible; elle prit son courage puis finit par dire:

- Tu sais ce qui est arrivée dans le bus, ce n’était pas juste un accident Hermès nous a fait comprendre que notre destin était écrit, Apollon prit un air dur, Mme Lucas partie faire du thé au jasmin sachant qu’elle devait s’éclipser.

-Asseyez-vous vous deux dits-il, Lana et Adam se regardèrent mutuellement interloquer puis finirent par s’asseoir, quelques-uns d’entre vous ont été choisis pour réaliser une quête, Adam et toi devrait aller au point le plus haut de la ville pour rejoindre les archivent de l’Olympe, vous rencontrerez des menaces mais je n’ai pas le droit de vous en dire plus à leurs sujets ça contredirait la quête, là-haut quelqu’un vous guidera pour votre mission, la guerre se réveille de nouveau, la cause est le fruit d’une querelle, vos alliés sont l’écume, le carmin, l’aiglon, le voleur, et la lys.

- Attends, attends dit Lana, je sais que tu es le dieu des prophéties et des poèmes mais doucement sur les énigmes on n’est pas des enfants d’Athéna, ni d’Hermès. Apollon sourit en regardant sa progéniture et dit:

- Oui, mais tu es ma fille, et sur ces mots le dieu s’évanouit dans la douce lumière du matin.

Lumina II

Adam ria d’un air moqueur, puis enchaîna, c’est pas Cupidon mais Thanatos, tu te fais avoir comme les autres. 

Elle le regarda de travers pour lui montrer sa colère mais il ne perçut que son malaise sur ses deux joues. Thanatos s’approcha, que faite vous ici? Ananké n’a pas écrit votre mort avant… Adam le coupa oui, on sait, Hermès nous a dit que les Moires avaient prévu notre mort dans quelques années, évitons le sujet si ça vous dérange pas.
Lana s’approcha timidement puis tout en admirant l’ange déchu devant elle tendue les deux tickets que lui avait donnés Hermès, Thanatos les regarda comme un policier qui hésitait à donner une amande à deux gamins, Lana prit une bouffée d’air et dit d’une voix timide, on peut y aller? Thanatos leur confirma sa réponse de son regard profond puis il déplia ses ailes et les referma, une porte apparut derrière elles, Lana fut surprise et resta bouche entrouverte à vouloir demander comment mais Adam roula des yeux puis la prit par le bras en lui disant, Aller vient.

Une lumière s’ouvrit, elle était tellement éclatante que Lana n’aperçut rien pendant quelques secondes, puis la lumière s’atténua et ils retrouvèrent la vie dans une ruelle de Paris. L’air était frais et une brise de vent chaud traversa leurs visages, l’odeur du pain chaud envahissait les rues, ça a l’air d’être le matin signala Lana qui en conclue par l’intensité de la lumière du soleil. Un marché était ouvert sur une place et la foule s’amassait dedans, on entendait les vendeurs qui tentaient, de leurs voix portantes, de faire vendre leurs produits frais. Elle sentit son coeur se faire léger, et ferma les yeux souris et prit un souffle pour sentir les odeurs traditionnelles de Paris, puis dans sa tête, elle se dit nostalgique “Paris.”, mais le confort de retrouver son chez soi ne dura pas longtemps quand elle repensa à sa mère, Adam! s’écria-t-elle Oui dit-il d’une manière presque effacée car il regardait les deux iris ambrés que laissait paraître un rayon de soleil sur le visage de la jeune fille, Elle fronça les sourcils, interloquée par la manière dont il la regardait mais elle laissa tomber trop préoccuper par sa mère, Adam pourquoi sur ce journal, là, parterre y a écrit qu’on est le Premier Mai alors qu’on a disparu le 24 mars, et qu’il s’est passé que 7 heures en Enfer?! Il la fixait toujours puis dit, Bah c’est normal le temps est ralentis là-bas, dit j’aurais juré que tes yeux étaient noirs. Adam s’écria-t-elle, ce n’est vraiment pas le moment faut que je trouve ma mère, j’ai raté des jours de cours contre ma volonté s’empressa-t-elle de dire la tête dans ses deux mains, Adam commença à rire doucement puis de plus en plus fort jusqu’à s’en tenir le ventre, tu te plains d’avoir raté des cours? elle le regarda en se mordant les lèvres les deux poings fermés, Il stoppa net et se racla la gorge, Facile à dire pour toi t’a déjà fini le lycée, bon faut qu’on y aille j’habite par là. Elle lui empoigna la main et ils partirent tout deux dans la ville de lumière.

Lumina

Adam lui fit faire des tests pour voir si Lana détenait des dons de son père, il aurait été prêt à se blesser pour voir si elle possédait le don de guérison mais Lana l’en empêcha paniquée, puis il sursauta et détourna la tête vers Lana il avait un sourire fou qui faisait comprendre qu’une idée lui avait traversé l’esprit. En effet, Adam lui parla d’un rituel chez les demi-dieux qui était l’adoption de sa première arme, Lana plissa le nez elle trouvait ça bizarre la façon dont il parlait de ça comme si on adoptait un petit chat, mais l’idée de tradition, d’avoir une arme d’une valeur sentimentale et magique, elle trouvait ça excitant. Elle était curieuse de savoir quand était-elle de son arme, l’épée d’Adam était noire car elle captait l’énergie des ombres ce qui rendait mortelle une simple égratignure de la lame sauf pour lui et les autres progénitures du roi des Enfers, elle s’appelait “skias” ce qui signifiait ombre en grec ancien, elle était noire et limpide, quand Adam lui montra de plus près elle était presque sure d’y voir des traînées d’encres à l’intérieur. 

-Cette épée a appartenu à des grands disait-il comme un enfant excité, elle a appartenu à des guerriers japonais c’est pour ça que sa lame et si fine et quelque peu courbée, elle a été retaillée à certaines guerres j’ai demandé à un fils d’Héphaïstos de me la remettre à son état initial avant qu’elle soit propriétaire de plusieurs guerriers dans le monde, son état grec comme moi.

-Tu connais beaucoup de demi-dieux renchérit-elle?

-Oui, répondit-il il y a quelques endroits où on se rejoint tous, mais c’est dur d’y accéder car ces endroits se déplacent tout le temps et ne sont visibles que pour nous, certains sont dans les airs d’autres sous terre et à la surface ou dans la mer, chaque créature, ou demi-dieux va dans l’endroit où c’est le plus facile d’accès par exemple les demi-dieux marins et les naïades vont dans la mer, nymphes des vents, les enfants de Zeus, d’Hermès, Apollon et les enfants des dieux secondaires comme Zéphyr, Morphée… et les autres vont aux tours de l’Olympe c’est-à-dire dans le ciel, enfin tu vois quoi.

-Et le regarda puis dit et toi tu vas sous la terre sur un ton déçu qu’elle ne voulait pas laisser entendre, le regard d’Adam valida la question.

-Il prit une bouffée d’air puis reprit pour casser la glace, pour que tu aies ton arme il faut qu’on aille aux archives de l’Olympe chez Héphaïstos, Et que, Lana le coupa:

-pourquoi y a Cupidon gueule de bois qui vient de lever sa faux en nous voyant? l’homme aux ailes noires marcha d’un pas lent vers les deux égarés, Lana était bouche bée face à une telle beauté, il aurait pu être tout à fait son genre sans les grandes ailes de corbeaux agrafées dans son dos, il possédait cette étincelle obscure dans ses yeux, ces cheveux étaient bruns et bouclés comme ceux d’Adam, après réflexions elle trouva qu’il lui ressemblait beaucoup sans cette peau blanchâtre et livide, peut-être qu’ils avaient des liens de parenté entre membres des Enfers.